Vous êtes ici : Accueil > Année 2011 2012 > Classe transplantée Normandie > journée du 10 mars.
Publié : 14 mars 2012

journée du 10 mars.

La ferme et les vaches.

On a rencontré Jean Marie, Odile et leur petit fils Marin à la ferme des Pâtis. Pâtis est un ancien mot signifiant paturage.

Pour commencer on a bu du lait frais puis on a goûté de la confiture de lait nature et au chocolat.

Les deux classes se sont séparées.Celle de Mme Bréténou est allée fabriquer du beurre pendant que celle de Mme Mamoun est allée dans le pré voir les vaches.

A la ferme des Pâtis il y a deux races de vaches différentes : les vaches normandes (marron et blanches) et des anglaises ( noires et blanches).

Ce sont des vaches laitières et allaitantes. Plus elles donnent de lait plus elles ont à manger. Elles ont un collier autour du cou qui leur permet d’accéder à la nourriture.

Les vaches n’ont pas de dents sur la machoire inférieure.Elles ont deux estomacs. Elles peuvent remâcher ce qu’elles ont avalé : on dit qu’elles ruminent.

Jean Marie nous a dit que s’il n’y a pas de petit il n’y a pas de lait.

Les cornes sont coupées à la naissance ou brûler avec un laser spécial pour éviter qu’elles ne se blessent.

A l’oreille, elles ont une carte d’identité pour vache . Cela permet la traçabilité et de les retrouver facilement si elles se perdent.

Quand elles ont eu 3 à 4 veaux elles sont vendues à la boucherie.

Un veau à la naissance pèse environ 45 kg et une vache adulte entre 650 et 900 kg.

Elles ne meuglent que s’il y a quelque chose d’inhabituel.

Elles n’ont froid qu’à partir de -7°C, parce que leur cuir les tient au chaud.

Ensuite nous sommes allés au triage là où l’on trait les vaches.

Nous avons trait Marguerite, la vache en carton et aux mamelles en plastique.De nos jours on trait les vaches avec une machine : la trayeuse. Le lait qui sort de la vache est à 38,5°C ; il est conservé dans une citerne à 3,1°C pour éviter qu’il ne caille.

Avec le lait on peut faire : de la crême fraiche, du beurre, du fromage ( Camembert, le Pont L’Evèque, le Livarot)

Le lait est formé de 88% d’eau, de lipides, de glucides, et de protides et de sels minéraux.Le lait est plus lourd que l’eau.

Le lait et le beurre. 

Nous sommes arrivés à la ferme des Pâtis vers 11h30. Nous avons pique-niqué puis joué un petit peu dans le jardin. Nous avons rencontré une dame qui se nommait Odile. C ’était la fermière. Elle nous a fait goûter du lait cru et de la confiture de lait. Notre classe l’a accompagnée dans une pièce où elle nous a expliqué ce qu’il y a dans le lait. Cette salle était le lieu de stockage du lait dans une citerne qui pouvait en contenir jusqu’à 2 000 litres . Il provient de la traite deux fois par jour des quarante vaches de l’élevage de la ferme.

Nous avons quitté cette salle pour rejoindre celle du pique-nique où se trouvait aussi la boutique des produits fabriqués pour la plupart dans cette ferme.

On s’est installé par groupe de 6. Après avoir écrémé 10 litres de lait, Odile nous a donné 1 litre de crème réparti dans 4 bols. Nous avons fouetté à tour de rôle cette crème. Elle s’est épaissie puis elle a commencé à changer de couleur, à jaunir. Le mélange est devenu granuleux, il y avait de l’eau au fond du bol : c’était l’humidité de la crème ( babeurre). On l’a enlevée puis on a remis de l’eau pour éviter la prolifération des bactéries. Nous avons malaxé ce mélange avec une spatule en bois et oh surprise... Nous avons obtenu une motte de beurre !

Nous l’avons dégusté sur du pain. C’était délicieux !